Région Boréale au Canada: Protéger la Forêt Boréale

 

Au Canada, la région boréale s'étend de part et d'autre de la partie supérieure du pays, de Terre-Neuve-et-Labrador jusqu'en Colombie-Britannique et au Yukon. Cette région éloignée, qui représente près d'un tiers des terres émergées du pays et près des trois quarts de ses terres boisées, a commencé à se former après le retrait des glaciers il y a environ 10 000 ans.

À l'échelle planétaire, la région boréale compte pour 10 % des terres émergées et représente près d'un tiers des forêts. Elle produit de l'oxygène, constitue des filtres d'air et d'eau, emmagasine le carbone et offre un réservoir biologique de plantes, d'animaux et d'autres formes de vie souvent propres à la région.

L'écosystème boréal

La forêt boréale du Canada a commencé à se former après le retrait des glaciers il y a environ 10 000 ans. Des perturbations naturelles telles que les incendies et les insectes ont joué, et
continuent à jouer, un rôle majeur dans son développement et son renouvellement.

Les régions du Canada contiennent des quantités importantes de forêts relativement non perturbées. La plupart sont remplacées naturellement environ tous les 100 ans par le feu, les insectes, les maladies, l'action du vent ou par les tempêtes de verglas. Les plus vieux arbres et les plus vieux peuplements sont ceux qui ont échappé aux catastrophes naturelles qui renouvellent les forêts.

Les arbres de la forêt boréale vivent généralement 100 ans, les plus vieux pouvant vivre jusqu'à 300 ans. Les peuplements de sapin baumier âgés de 70 à 80 ans présentent souvent les attributs d'une forêt ancienne, alors que ces mêmes attributs ne commencent qu'à apparaître dans les peuplements d'épinettes noires lorsqu'ils ont entre 110 et 160 ans. Il s'agit de moyennes d'âges qui varient en fonction des conditions du site.

L'âge réel, la quantité de bois mort et d'autres attributs anciens varient en fonction de la composition des espèces d'une forêt et des conditions environnementales. Bien que la diversité des espèces et les conditions générales du sol dans la vaste région boréale du Canada ne changent pas radicalement, d'importantes différences s'observent au sein des paysages et dans leur succession.

CFS Boreal Map E3

Gestion durable

La région boréale est partie intégrante de l'histoire du Canada, de la culture, de l'économie et de l'environnement naturel. Elle constitue le refuge de la moitié des 450 espèces d'oiseaux du Canada – totalisant cinq milliards d'individus qui migrent chaque année vers le sud pour revenir ensuite vers le nord. Les régions du Canada contiennent des quantités importantes de forêts relativement non perturbées. La plupart sont remplacées naturellement environ tous les 100 ans par le feu, les insectes, les maladies, l'action du vent ou par les tempêtes de verglas.

Les feux de forêt prennent part à la santé des forêts boréales, à leur renouvellement et à leur survivance en 1) transformant feuilles, troncs et aiguilles de conifères de la couverture morte en riches éléments nutritifs qui nourrissent les nouvelles plantes et en 2) créant des ouvertures dans le couvert, laissant ainsi pénétrer la lumière. 

Forêt Boréale

 

 L'Entente sur la forêt boréale canadienne

Le 18 mai 2010, les 21 sociétés membres de l'Association des produits forestiers du Canada (APFC) et neuf grandes organisations non gouvernementales de protection de l'environnement ont annoncé la mise en œuvre de l'Entente sur la forêt boréale canadienne. Cette entente privée – qui s'applique à 25 % des 307 millions d'hectares des forêts boréales – décrit dans ses grandes lignes les relations entre les parties.

L'Entente reconnaît que les gouvernements provinciaux et territoriaux ont la responsabilité et l'autorité ultime des décisions en matière de gestion des ressources forestières. L'Entente reconnaît aussi que les peuples autochtones ont des droits protégés par la Constitution et qui devront être respectés dans l'application des objectifs de l'Entente. Les gouvernements provinciaux et territoriaux – y compris les gouvernements des Premières Nations – peuvent choisir de mettre à profit dans leur prise de décision tout résultat découlant de l'application de l'Entente.

La majorité des terres forestières (93 %) du Canada appartiennent à l'État. En vertu de la Constitution, les prises de décisions en matière de gestion forestière et d'utilisation du territoire sont sous la responsabilité des
gouvernements provinciaux et territoriaux. Chaque gouvernement a sa propre législation qui traduit sa vision de l'aménagement durable des forêts. Des études indépendantes ont confirmé que le Canada est un chef de file mondial en gestion durable des forêts.

L'expérience a montré que les ententes portant sur l'utilisation des terres et des ressources contribuent à un meilleur équilibre des valeurs sociales, économiques et environnementales quand lesdites ententes sont
basées sur leur utilisation globale et qu'elles ont le soutien de tous les paliers de gouvernement et des parties privées qui ont d'importants droits ou intérêts sur ces terres.

Au Canada, la gestion durable des forêts a toujours été le produit de l'effort de collaboration entre toutes les parties prenantes. L'Entente sur la forêt boréale canadienne est un autre exemple de cet esprit collaborateur entre deux parties non gouvernementales. 

 Conseil canadien des ministres des forêts logoCanada 150